J'ai retrouvé mon clavier depuis une dizaine de jours, j'avoue que je traîne remettant à plus tard l'installation de tel ou telle bricoles ... Mais bon ! Allez, on y va !
Ou en étais-je déjà ? A oui, la Croze à Rolland ...

  En fait, Mathieu ( mes 2/3) était un peu désappointé en constatant que je n'avais rien écrit à propos de cette désobe, et pour cause. Par principe je ne traite que des sorties durant lesquelles j'ai l'opportunité de dégainer mon carnet de croquis. Il faut bien reconnaître qu'à la vue des circonstances, je n'ai à aucun moment envisagé de l'emmener. Pour palier à ce manque, j'ai fouillé dans ma mémoire, ce qui est assez facile car ce genre de situation s'imprime plutôt bien.

trio_Croze_de_P_ques

  C'était le dimanche de Pâques et on ne pouvait espérer mieux pour être à ce point dans le ton. Comme a dit le Blaireau " nous n'avions qu'une seule couleur!". Tartinés à souhait, un tour au four et nous aurions fait d'honorables surprises de Pâques. Remarquez que pour Noël ça marche très bien aussi .
  Je vais chercher une réute pour vous situer tout ça :

Croze_015

  Au cours de la topo, la Grande Galerie s'arrêtait à cet endroit sur le croquis. Face à Mathieu un laminoir gavé de boue, au fond une arrivée d'eau conférant au lieu le charme d'une voûte mouillante.
Nous nous y sommes rendus tous deux plusieurs fois afin de canaliser l'eau et parvenir avec le temps, à aménager un passage plus sec. Jusqu' à présent, des copains nous accompagnaient en spectateurs, ricanant à l'idée que nous venions de Charente ( 2 heures et demi de route) pour nous fourvoyer dans une désobe semblable à celles que nous pouvions côtoyer dans notre région. Le naturel bouté..., une familiarité, allez comprendre.
  En notre faveur, le laminoir est ventilé alors que la buée stagne au terme de la galerie d'accés.

Croze_de_P_ques_Mat

  Mathieu progresse en remplissant de boue un bidon jusqu'à atteindre un passage apparemment plus propre mais qui reste à élargir. Soudain une vaguelette d'eau s'épanche dans le laminoir, rendant le moral humide, nous trempons. Le doute d'une nouvelle arrivée d'eau pèse encore plus sur la boue, mais heureusement le phénomène se tarie, Mathieu vient de briser le bord d'une vasque.

Croze_de_P_ques_M_m_ne

  Originaire de Dax, je pèche dans mes souvenirs des images de prospectus sur les thermes, montrant des dames en bonnets de bain, ravies de tremper dans la boue ... A chaque passage du bidon cognant sur un becqué rocheux ( hélas, pas prévu de marteau ), la boue liquide nous éclabousse, et les lunettes, quelle misère ! Le bidon file vers le Blaireau ...

Croze_de_P_ques_Blaireau

  Quel test d'amitié ! J'imagine que lui aussi s'invente quelques bonnes raisons d'être là , dans ce passage à peine plus haut que le reste ou son espace se réduit à chaque fois qu'il vide l'informe déblais. Nous nous balançons quelques boutades, une façon de compatir et d'ironiser. On ne pouvait que rire en constatant notre piteux état.
  Pour ressortir nous avons dû ôter nos combinaisons et les glisser dans un kit pour ne pas salir l'équipement en place. Croyez moi, un kit rempli de trois combines boueuses pèse plus qu'un kit de matos, nous devions aider Mathieu à le charger, sans parler du mal de chien qu'il lui a donné dans les passages à la gomme.

  Nos amis de Dordogne poursuivent eux aussi une désobstruction dans la Croze à Rolland, sous une trémie de la mort qui tue. Que dis je, ils sont passé (mais le 1er mai, elle s'est refermée) .
Je vous conseille vivement de continuer la visite de leur côté, voici le film et les photos,  bien sûr toujours Wilford derrière l'appareil (voir aussi leur blog Dordogne Speleo (par contre,il y a  parfois des messages douteux)).

  Un peu de Pub: Au cours de cette aventure nous avons sans le vouloir testé les combines semi-étanche du Steph (Tardets) , nous en sommes tout trois équipés . Et forcés de constater, que malgrès notre insistance, nous sommes avec bonheur restés secs en dessous . Hé ! Houais !)

Merci pour votre patience et à bientôt !